En 2020 les heures de DIF seront PERDUES ! Contactez-nous !

Réforme de la formation : retour sur le salon du travail à Paris

#RéformeDeLaFormation : retour sur le salon du travail à Paris :

Les 17 et 18 janvier à la grande Halle de la Villette se tenait le salon du travail : une table ronde sur la formation tout au long de la vie a rempli la salle. De nombreux organismes y étaient représentés tels que Le Greta, le Cned, le Fongecif et Pôle Emploi pour répondre aux questions du public sur les modalités d’accès, de choix, et de financement des formations.

1° Définir le projet professionnel

Première étape : rappeler le rôle du Conseil en évolution professionnelle (CEP) pour aider à définir le projet professionnel et de formation. Le candidat doit avoir les prérequis nécessaires pour entrer en formation et qu’un parcours personnalisé lui soit proposé.

2° Choix de l’organisme

Deuxième étape, trouver la bonne formation. Il faut bien vérifier la qualité de l’organisme de formation que vous choisissez : pour se faire, parmi les 80 000 organismes existants, mieux vaut privilégier les acteurs labélisés ou certifiés, et vérifier qu’ils soient référencés DATADOCK et donc qu’ils répondent aux exigences du décret Qualité. «  Le taux de réussite à la formation, et le taux d’emploi des stagiaires après la formation sont aussi des indicateurs de qualité », fait observer Patricia Thoraval. « Pôle emploi a développé avec le conseil régional d’IDF l’outil "Anotea", permettant aux stagiaires de noter et commenter la formation », ajoute Audrey Perocheau, directrice du programme formation de Pôle emploi. Concernant le choix du format, les acteurs insistent sur le développement des formations à distance (e-learning), à la fois économiques et pratiques pour éviter les déplacements. « Les plateformes numériques du Cned proposent des tutoriels, vidéos, quizz, et espaces dynamiques d’échanges, qui permettent même de suivre des formations techniques comme un CAP cuisine  », précise Lionel Madec, du Cned.

3° Financement

Enfin, sur la question du financement, les experts ont présenté les différentes modalités de prise en charge. Ils ont répondu aux questions sur le CPF monétisé, plafonné à 5 000 euros : «  Il pourra éventuellement faire l’objet d’un complément par la branche professionnelle, mais avec 5 000 euros on peut déjà suivre une formation qualifiante d’un à deux ans de type CAP ou Bac Pro », souligne Lionel Madec.

Pour une reconversion ou une formation certifiante, le CPF de transition remplace le Cif, « selon les mêmes modalités, mais en utilisant les droits CPF du salarié pour le financement », indique Rémy Chevet. Le nouveau contrat Pro A( promotion par l’alternance), qui remplace la période de professionnalisation, permet aux salariés de niveau bac maximum, de se former à un niveau supérieur. Enfin, les demandeurs d’emploi peuvent accéder à des formations gratuites conventionnées par Pôle emploi ou par la Région, ou déposer une demande d’aide individuelle à la formation à Pôle emploi.

Source : l'actualité de la formation

 
Défiler vers le haut